29/11/2007

l'homosexualité

60945_11423802130_m     L'HOMOSEXUALITE

Toutes les amitiés sont des témoignages de cette disposition psychique ;

et d’ailleurs, plus le lien est fort, plus l’homosexualité inconsciente est développée.



Compte tenu de l’agressivité supérieure " naturelle " de l’homme,

on peut affirmer que si l’homosexualité n’existait pas,

les hommes ne pourraient pas vivre en communauté.



Le raisonnement et l’analyse ont d’ailleurs été poussés plus loin par certains :

les conflits armés seraient encore plus nombreux et violents sans l’homosexualité.

Sans elle, les groupes humains tels que l’armée ou les employés d’une entreprise

n’auraient aucune cohésion.



La répulsion rendrait impossible l’oeuvre commune.

A l’adolescence, lors de l’éveil de la sexualité adulte, l’homosexualité et ses composantes disparaissent et vont se tapir dans un coin de l’inconscient, pour ne se manifester qu’en filigrane. On notera cependant que, dans certains cas, les adolescents ont des expériences homosexuelles, qui n’entraînent aucune disposition de ce type à l’âge adulte.

Il s’agit en quelque sorte de l’association entre persistance de l’enfance et une hésitation sur l’orientation définitive. Quel est le regard de notre société face aux manifestations de l’homosexualité ?

Toutes les amitiés sont des témoignages de cette disposition psychique ; et d’ailleurs, plus le lien est fort, plus l’homosexualité inconsciente est développée. Il est amusant de constater que, chez les femmes ou les jeunes filles, les expressions homosexuelles sont moins " tabous " que chez les hommes : s’embrasser ou dormir occasionnellement dans le même lit n’entraîne généralement aucun commentaire désobligeant.

Certains hommes " traduisent " l’existence de leur homosexualité latente...par son contraire : attitude ultra-virile que l’on retrouve chez ceux que l’on appelle " machos ".

Qui pourrait croire que ce sont eux qui repoussent le plus fort leur homosexualité menaçant d’apparaître à la surface ?

Certains cas de jalousie peuvent également être très significatifs. Tel homme dira :

" Je suis jaloux car mon épouse va vers d’autres hommes ", alors qu’il faut entendre :

" Je suis jaloux de ne pas être à la place de mon épouse ".

S’il fait en sorte qu’il n’y ait pas de rencontre entre son épouse et d’autres hommes, c’est surtout pour éviter d’approcher de trop près son homosexualité.

Dans ces troubles pathologiques, l’homosexualité a très envie de se manifester, mais se trouve en butte à des mécanismes de défense qui entraînent des conflits intérieurs.

Compte tenu de l’agressivité supérieure " naturelle " de l’homme, on peut affirmer que si l’homosexualité n’existait pas, les hommes ne pourraient pas vivre en communauté.

Le raisonnement et l’analyse ont d’ailleurs été poussés plus loin par certains : les conflits armés seraient encore plus nombreux et violents sans l’homosexualité. Sans elle, les groupes humains tels que l’armée ou les employés d’une entreprise n’auraient aucune cohésion.

La répulsion rendrait impossible l’oeuvre commune.

L’homosexualité fait partie intégrante de notre vie psychique normale, et il est vain de la nier : ce faisant, on renforce les barrages défensifs qui traduisent encore plus sa présence.

La morale de nos civilisations et les tendances biologiques de reproduction et continuité de l’espèce, nous mettent sur une voie hétérosexuelle, en faisant abstraction de composantes homosexuelles inconscientes. Dans la majorité des cas, l’hétérosexualité domine, ce qui n’empêche pas cette homosexualité, si latente soit-elle, de se manifester.

On pourrait dire qu’au fond de nous il y a un ( ou une ) homosexuel ( le ) qui sommeille.

Ce qui ne signifie pas que nous sommes des homosexuel ( le ) s, mais que notre homosexualité est latente : elle ne s’exprime pas ; du moins sous la forme qu’on lui connaît chez les homosexuels affirmés.Je dis souvent que l’intolérance naît de l’ignorance et même avec les convictions spirituelles que je défends et vis depuis ma tendre enfance,j’assume parfaitement l’analyse que je viens d’écrire car, je vois trop de parents rejeter leurs enfants sous prétexte qu’ils ne correspondent pas aux normes sociales. Je persiste et je signe pour dire que l’homosexualité ne doit pas se résumer à la simple sexualité.

La tendresse et l’amour entre deux êtres ne sauraient subir des condamnations de quelque idéologie que ce soit ainsi que de croyances castratrices. Le chemin de la vie est un parcours où les hommes et les femmes cherchent à aimer et être aimés. Notre existence n’a pas d’autre sens que celui-ci. Les moralistes de bas étages empêchent tellement les autres de respirer qu’il serait temps de donner un parfum subtil à la liberté sans nous préoccuper de leurs jugements empreints de telles ignorances qu’ils peuvent tuer l’épanouissement des adolescents. Nous devons combattre paisiblement ces bien-pensants qui, sous couvert, d’une croyance religieuse falsifiée, provoquent des discriminations en ce monde.

La vraie spiritualité sera libératrice ou ne sera pas et de même la sexualité sera source de joies partagées sans préjugés, ou ne sera qu’une contrainte, une vieille habitude vécue dans la médiocrité.A nous de choisir l’horizon étincelant de notre destin..



Source : Bruno Leroy

Le journal Chrétien

 

18:20 Écrit par guitou dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Moi Je suis pour la Liberté de chacun et le droit en Amour.......Bisesss!

Écrit par : Manous | 29/11/2007

Les commentaires sont fermés.