26/01/2006

cet article mérite d'être lu

Ceci démontre encore une fois la connerie de l'église

 

 

L'Eglise et l'homosexualité

 

En novembre dernier, le Vatican rendait publique une directive interdisant pour ainsi dire aux homosexuels de devenir prêtres. Selon ce document, seuls les candidats présentant des « tendances homosexuelles transitoires » – typiques de l’adolescence, est-il précisé – pourront être acceptés. Et ce, dans la mesure où ces tendances seront « clairement dépassées au moins trois ans avant l’ordination ». Cela illustre bien la pauvreté de la compréhension de l’Église du phénomène de l’homosexualité.

En fait, l’objectif de ce texte est « d’affirmer clairement que l’Église ne peut admettre au séminaire et aux ordres sacrés ceux qui présentent des tendances homosexuelles profondément enracinées ». On ajoute que cette clarification est « rendue plus urgente par la situation actuelle ». Plus loin, on indique « qu’il ne faut pas oublier les conséquences négatives qui peuvent découler de l’ordination de personnes […] homosexuelles ». De toute évidence, on fait référence ici aux scandales sexuels qui ébranlent l’Église catholique depuis quelques années. Les propos tenus par le cardinal Cottier, théologien de la Maison pontificale, confirment cette interprétation. Dans un entretien qu’il accordait en marge de la publication de la directive, il précisait qu’avec ces nouvelles normes, « on évitera des désastres comme on en a eus ». Et il ajoutait, en parlant de l’attirance sexuelle envers des mineurs : « Je crois que c’est une forme assez répandue d’homosexualité. »

Cet amalgame entre homosexualité et pédophilie, pour être simpliste, est surtout injuste et vexatoire. Comme toute organisation aux prises avec une crise profonde, l’Église réagit selon une logique institutionnelle typique : identifier des boucs émissaires. En assimilant les homosexuels au « mal » qui la ronge et en les excluant, elle veut s’éviter une douloureuse démarche d’introspection pour débusquer les véritables causes – structurelles et complexes – du fléau des agressions sexuelles en son sein.

Bien sûr, le document romain prend soin de rappeler l’importance d’accueillir « avec respect et délicatesse » les personnes homosexuelles. Il réitère toutefois du même souffle l’enseignement traditionnel. Les mots sont alors très durs : l’homosexualité est un « péché grave », un « acte intrinsèquement immoral », une « tendance objectivement désordonnée ».

De nos jours, un tel langage apparaît pour le moins abusif, voire haineux. Il est surtout extrêmement blessant pour les homosexuels et leurs proches. S’il en révolte plusieurs qui n’y voient qu’une _expression d’homo phobie, il a surtout pour effet d’accabler les croyants homosexuels qui se sentent continuellement stigmatisés et méprisés par les autorités ecclésiastiques. Heureusement, certains de ces croyants, refusant de se laisser exclure de leur tradition religieuse, arrivent à se prémunir contre un tel discours. Avec l’amitié et la solidarité d’autres chrétiens et de pasteurs, ils mettent sur pied des groupes de partage et de soutien. Ils s’approprient des clés d’interprétation biblique et théologique pour développer une compréhension positive de leur condition. Ils investissent des lieux qui leur permettent de célébrer leur foi dans la dignité et le respect (par exemple la paroisse Saint-pierre Apôtre, sise au cœur du Village). Ils transforment l’injustice éprouvée en ressort pour l’engagement chrétien, social et politique.

Cette foi des catacombes continuera… Mais ce nouveau document romain aura encore montré l’incapacité de la hiérarchie catholique à affronter véritablement les questions relatives à la sexualité contemporaine. Au lieu de faire la vérité dans l’Église, il risque de générer encore plus de duplicité, de mensonge, de mutisme et, donc, de souffrance.

 

20:46 Écrit par guitou | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

oui Ne pas admettre la différence est une forme de racisme et inadmissible de la part de la religion qui preche l'amour avant tout !

Écrit par : guitou | 26/01/2006

Les commentaires sont fermés.