19/12/2005

 Ma femme

Trop tôt tu es partie

 

Et mon coeur saigne encore aujourd'hui

 

Pourtant on s’aimait tant

 

Et tu me manques toujours autant

 

Tu avais cette façon de m'aimer

 

Une telle tendresse pour me regarder

 

Je me sentais de ta vie le Prince

 

Ton absence a mon cœur toujours me pince

 

Je me sentais aimé, cajolé, protégé

 

Avec toi j'avais l'impression de compter

 

Tu m'as en 48 ans donnés tant d'amour

 

Que je ne m'imaginais pas qu'il puisse disparaître un jour

 

Et pourtant un soir c'est arrivé, un 26 mai tu as cessé d'exister

 

Si tu savais « nana »comme je me suis senti abandonné

 

Je t'avais moi aussi aimé tellement

 

Et je me retrouvais dans le néant

 

Jamais je ne pourrais oublier

 

Le bonheur et l’amour que tu m’as donné.

 

 (inspiré d'un texte de "bulle")



13:10 Écrit par guitou | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Nana ! ! ! ! Je pense souvent encore à sa sagesse et souvent je me dis ah, si Nana était là, elle saurais certainement répondre à mes questions sans réponse et nous soutenir dans des moments comme ceux que nous vivons toi et moi en ce moment ! Sa vieille âme nous à laissé un bien grand vide ! Bel hommage ton texte !

Écrit par : Malak | 21/12/2005

Les commentaires sont fermés.