31/05/2005

pourras tu ?

Pourras-tu me le dire ?

Pourquoi a-t-on si peur
De dire encore une fois,
Du plus profond du cœur,
Ces mots qu’on pense tout bas ?

Pourquoi doit-on tirer,
Au bout d’une longue chaîne,
Les erreurs du passé
Comme un boulet qu’on traîne ?

Pourquoi ces mots en cage
Refusent-ils de sortir ?
Qui les garde en otage ?
Pourras-tu me le dire ?

Pourras-tu me le dire,
Me dire combien je t’aime ?
Pourras-tu affranchir
Mon cœur de l’anathème ?

Pourras-tu me le dire,
Combien je tiens à toi,
Quand ma voix vient mourir
D’amour entre tes bras ?

Comment trouver ces mots
Que l’on a cru noyés,
Engloutis par les flots
D’un amour meurtrier ?

Où trouver le courage
De s’ouvrir à nouveau
Et d’offrir en partage
Ce qu’on a de plus beau ?

Je l’ai trouvé en toi ;
Depuis, les mots s’enchaînent ;
Et si tu n’entends pas,
Ils te disent que je t’aime.

Pourras-tu me le dire,
Me dire combien je t’aime ?
Pourras-tu affranchir
Mon cœur de l’anathème ?

Pourras-tu me le dire,
Combien je tiens à toi,
Quand ma voix vient mourir
D’amour entre tes bras ?


(Le Jardinier du jardin secret)

 


13:10 Écrit par guitou | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

29/05/2005

Emmène moi

Emmène moi, emmène moi vers l’inconnu,

Où nous pourrions marcher le corps nu,

Où personne n’a encore mit les pieds,

Où nous serions l’un à l’autre lié,

Où nous pourrions nous aimer,

Et sans jamais nous arrêter

Avancer vers l’éternité

 


22:46 Écrit par guitou | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

pas juger

Vous qui me lisez, je vous demande de ne pas juger, mais simplement de tenter de comprendre. Et pour bien comprendre, il faut savoir sonder le coeur. Toutes ces

lignes publiées par moi reflètent mon état d'esprit au moment où je les ai écrites. Et

cet état d'esprit peut varier d'un jour à l'autre. Mais j'écris surtout avec mon cœur et

 mes sentiments.

 


19:54 Écrit par guitou | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

28/05/2005

demon du miroir

Quand je me dresse devant toi,

Mon miroir au reflet froid,

Je vois dans l’ombre de mon âme,

Un homme très différent,

 

Qui pleure certains hommes,

Dont j’ai été l'amant,

Je peux tourner la page,

Sans refermer le livre,

 

Oublier cette rage,

Bouillonnante qui me rend ivre,

Dans chacun de mes sourires,

je vois le chagrin,

 

De tous les souvenirs,

De ma vie de libertin,

Un peu de nostalgie,

Quand je me vois vieillir,

 

Il n’y a pas de magie,

Contre tous les vampires,

Qui sucent le sang de mes sentiments,

Pour se nourrir de mes tourments,

 

Miroir ne me ment pas!

Révèle moi ma tristesse,

Sans masquer ma détresse,

Miroir ne me regarde pas.

 

yohan Pinto


09:34 Écrit par guitou | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

27/05/2005

garder le sens

Garder le sens de l'orientation
D'amour en amour maîtriser mon parcours, s'offrir tous les discours.
Avec une personne dans ses mains, sa tète et demander souvent,
Si mème personne vraiment peut en valoir deux simultanément.
Des fois je me dis: je vais voyager, j'ai envie de rester là !
Souvent j'ai envie de t'embrasser et c'est mème rare quand je souhaite que tu ne sois pas là, serait-ce un jeu d'enfant à crier tout l'temps ?
L'amour de longue date qui s'étend, qui s'étend;
L'amour avec un grand A c'est long quand tu n'es pas là, je voudrais que tu te rappelles, un amour est éternel et pas superficiel, je voudrais tant que tu te ramènes devant, que tu sois là tout le temps.
 



20:17 Écrit par guitou | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

25/05/2005

un baiser

Un baiser...à déposer aux creux de tes reins...
Coquin, fugace, innocent...
Il y a mille façons de goûter au baiser.
Baiser sucré, baiser salé...
il y en a pour tout les gouts, pour toutes les envies, ingénu, imprévu.
Le baiser est volage...fragile, mutin...
Le baiser glacé de la mort...
Le baiser du réconfort...
Le premier baiser, maladroit, ému, timide.
Le baiser profond, rouge passion, imprégné.
Le baiser indécis, sur la joue, sur la bouche...
entre les deux...
Le baiser amoureux, le baiser de l'amitié.
Le baiser n'est jamais le mène, sans cesse renouvelé.
Le baiser est aussi une gourmandise qui ne fait pas grossir...Alors !
Juste un baiser, donne moi un baiser !



(babylou)


22:33 Écrit par guitou | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

24/05/2005

le rève

Un feu de bois, des chandelles sur la table,

Toi et moi heureux d'être ensemble,

Ecoutant la musique doucement,

Et de l'amour, et de l'amour ?

Avec des mots, et des regrets,

Loin de la foule et du bruit,

Chacun retrouve ses mots pour mentir,

On se quitte avec aux lèvres un sourire

Et de l'amour, et de l'amour ?

Un feu de bois, deux ombres et du vent,

Tout ça s'éteint doucement !

C'est un rève mais qu'il est doux de rèver



22:43 Écrit par guitou | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |