16/02/2005

attendre

Attendre,

Patiemment,

Cruelle pénitence

De longues heures,

Egrener le chapelet

Des jours me séparant

De la félicité, de te revoir

… Enfin !

Suprême récompense !

Puissance de l’attente,

Aiguisant à l’extrême,

Le déchaînement de

Mon imagination…

Je ne puis réprimer

Le trouble, l’émotion

Du frisson de mes sens

Au petit matin blême.

A l’heure du courrier,

Frémissant, je cours

Vers la boite béante ;

En moi, un goût de fiel,

Aigrit ma déception…

Un sentiment cruel

D’infinie solitude

Accable mon cœur lourd.

Et puis, s’écoule encore,

Interminablement,

L’éternel et fuyant

Espoir, d’enfin revivre…

Une courte entrevue…

Soudain, j’en deviens ivre,

Car j’ai trop attendu

Cet instant fulgurant.

Dans un état second,

Je manque de défaillir,

Lorsque tes lèvres pleines

Frôlent mes joues moites.

Sous ton regard ardent,

Je sens mon trouble croître,

Tandis que ta voix rauque

Attise mon désir.

Pourquoi faut-il alors

Que le temps s’accélère,

Que son rythme s’emballe

Au tempo saccadé


17:09 Écrit par guitou | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

**** Ben j'adore et tu le sais, donc que dire de plus ...

Écrit par : Malak | 17/02/2005

tré beau je trouve ton blog super cools et tes poêmes sont vrément beaux et vrai !!!

Écrit par : justine | 07/04/2006

Les commentaires sont fermés.